Nucleari, non mercés ! Ni en Occitània, ni alhors !

Publié: 18/03/2011 dans Libertat

Le Japon traverse ce mois de mars une très mauvaise passe. Le tsunami créé par un tremblement de terre sous-marin a dévasté les côtes japonaises et le bilan des victimes est très important.

Cette catastrophe naturelle pose le débat de l’énergie nucléaire. La grosse vague qui touchait le Japon a causé un accident important dans la centrale de Fukushima au nord-est de l’île. Aujourd’hui nous ne pouvons qu’être très inquiets en pensant aux risques de radiation des populations qui vivent à cet endroit. Comme c’est souvent le cas quand il s’agit de nucléaire, les autorités cachent des informations et essayent de minimiser les conséquences de cette catastrophe.

Libertat, comme d’autres organisations opposées au nucléaire, n’a pas attendu cet accident de centrale pour exiger l’abandon total de l’énergie nucléaire sur la planète. Le triste exemple de Fukushima est la preuve que l’exploitation du nucléaire comporte des risques qui ne peuvent être maîtrisés. Libertat réaffirme ainsi son opposition radicale au nucléaire. D’autres moyens de fabriquer de l’énergie sont possibles et ils doivent être développés au plus vite.

Nucléaire, non merci ! Ni en Occitanie ni ailleurs !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s